Suivez nous sur :

Blog
Placement produits et billets sponsorisés, bientôt tout automatisé ?

Caroline Baron

Quand on parle de RP 2.0 et d’influence marketing sur ce blog on est plutôt dans le qualitatif. En tout cas c’est quelque chose que je défends et que je mets en exergue au quotidien avec mes clients. Pourtant, comme dans chaque métier qui atteint un certain seuil de reconnaissance par “ceux qui savent” (les grands blogueurs marketing qui ont pignon sur rue et certains experts qui n’en ont entre nous que le nom), la donne change.

C’est un article sur les Youtubeurs et la plateforme Octoly qui m’a donné envie d’écrire à ce sujet.

Screenshot 2016-08-11 17.48.54 launchmetrics

L’idée ? Proposer une plateforme en ligne permettant aux Youtubeurs de “commander” gratuitement des produits à tester ou à mettre en avant dans une prochaine vidéo. Une sorte de grand supermarché du placement produit pour producteurs de vidéos virales.

Mais on peut imaginer ces dérives dans beaucoup d’autres domaines de l’influence numérique.

Car qui dit pratique marketing reconnue dit fatalement industrialisation et nouveaux process de travail “à la chaîne”. On le voit déjà sur Twitter avec ce fameux “Growth hacking” qui s’apparente bien souvent à du spam organisé pour ne pas ressembler à du spam, qui trompe encore beaucoup d’utilisateurs crédules en manque de Klout.

klout launchmetrics

echniquement, oui. Il existe de nombreuses plateformes qui permettent aujourd’hui d’automatiser tout le processus de contact influenceurs. De leur identification au contact. L’idée n’est surtout pas de faire de publicité à ces acteurs qui risquent de gangrener pas mal d’agences qui pensent savoir faire parce qu’on leur vend une solution clés en mains.

Même si il faut avouer que c’est assez alléchant de se baser sur des algorithmes pour détecter des contacts et leur envoyer son communiqué de presse en automatique avec la personnalisation du prénom qui va bien.

Doit-on automatiser sa relation influenceurs ?

Après une telle introduction vous devez vous douter de ma réponse. Par définition nous évoluons dans une démarche de réseau et de contact, ce qui va mal avec une automatisation totale. Par contre, il faut bien entendu s’appuyer sur des outils pour se faciliter le travail. L’outil d’identification des influenceurs Augure en est un. Il permet de gagner du temps pour organiser son plan de marche sur les gens à contacter ou non. Selon leur média de prédilection, leurs plateformes sociales favorites ou leurs relations avec des profils avec qui vous travaillez déjà ou dans des thématiques connexes.

Si vous utilisez un outil d’identification c’est quand même bien vous qui le configurez et qui analysez ce qu’il vous sort. Cette partie de contrôle et de validation ne peut en aucun cas reposer sur un automate. Ou c’est la porte ouverte à des erreurs de jugement qui peuvent être pénalisantes à moyen ou long terme.

Et puis soyons honnêtes, les campagnes qui sonnent faux au premier coup d’oeil ne sont pas les plus réussies. Automatiser la relation c’est aussi automatiser les publications (si la contrepartie est suffisamment intéressante). Pensons notamment au fameux lancement du dernier smartphone Samsung avec des messages téléguidés par l’agence sur les comptes de célébrités supposées influentes. On imagine très bien un mail unique envoyé à une liste d’agent promettant X€ contre 1 tweet prémaché.

bullshit launchmetrics

Un contact humain, sympathique, accessible et réactif

La relation influenceur est un métier humain. C’est la mise en relation d’un individu qui possède un avantage avec un autre qui aimerait bien profiter. Et inversement.

Un contenu ou une rétribution financière d’un côté, contre une audience et un réseau. Il faut bien connaître ses interlocuteurs “influenceurs” pour leur proposer le partenariat qui leur conviendra. Qui ne sera peut-être pas identique au voisin. Et qui ne répondra certainement pas à un algorithme prédéfini.

L’humain toujours plus au centre

Je travaille en ce moment beaucoup sur le secteur santé où ce rapport robot/humain se pose de façon assez similaire lorsque l’on parle de l’évolution du rôle du médecin. Avec l’essor des objets connectés et des applications de quantified self les patients ont des masses de données sans précédent.

Sur bon nombre de sujets ils pourraient se débrouiller avec les algorithmes de différentes applications. La place du médecin reprenant son rôle central de praticien à la croisée de savoirs et de réflexes acquis en formation comme sur le terrain pendant plusieurs années de pratique, l’humain et la psychologie en plus.

Si le parallèle peut paraître osé (dans le marketing nous sommes très loin de sauver des vies, d’ailleurs parfois #LeMarketingTue) il définit, à mon avis, le “nouveau” métier de milliers de concitoyens des services pour qui le robot semble être une menace. Au contraire, l’automatisation permet de gagner du temps pour que l’humain reprenne sa véritable place au centre de toute démarche.

Dans le cas des relations influenceurs rien ne vaut un contact one-to-one efficace. Un vrai travail de RP dans la durée, avec l’automatisation comme soutien, seulement comme soutien.

Et vous, comment voyez-vous l’automatisation dans vos métiers ? 

Caroline Baron

Parlons à ce sujet Partagez avec nous votre expérience

Vous serez également intéressé par

Optimisez votre prochain lancement du produit Demander une démo gratuite
Demandez une démo